Prise en charge du préjudice psychologique par une GAV

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2021

Sommaire

Avant de choisir un contrat de garantie accidents de la vie, vérifiez bien qu'il inclut également une indemnisation en cas de préjudice psychologique. Effectivement, sans être physiquement atteint par un événement traumatique, vous pourriez tout de même être dans l'incapacité de travailler pendant un certain temps.

Voici quelques conseils pour la prise en charge de préjudices psychologiques par une garantie des accidents de la vie.

Définition du choc psychologique

Un événement traumatisant peut causer un dommage psychologique, voire plusieurs, entraînant alors des troubles chimiques à l'intérieur du cerveau. La conséquence principale de ce choc psychologique est une incapacité à gérer le stress qui en découle.

Par exemple, une personne atteinte de troubles post-traumatiques aura des réactions exacerbées face aux émotions qu'elle peut ressentir.

Conséquence d'un choc psychologique

Une personne victime d'un traumatisme peut se retrouver dans l'incapacité totale de travailler, suite au choc. En effet, un traumatisme pèse sur le moral, mais également et surtout, sur les émotions. Si physiquement rien ne l'empêche de travailler, psychologiquement c'est une autre histoire.

De même, certaines personnes contractent des troubles psycho-somatiques à la suite d'un choc psychologique, c'est-à-dire des troubles psychiques qui ont des conséquences sur la santé de l'individu.

La GAV et le choc psychologique

Afin de vous prémunir face à cette éventualité, certains contrats de garantie accidents de la vie prévoient une indemnisation en cas de choc psychologique. A ce titre, la clause se référant au stress post-traumatique dans un contrat de garantie des accidents de la vie définit :

  • les conditions d'indemnisation ;
  • les franchises ;
  • les plafonds d'indemnisation.

Conditions d'indemnisation

Le montant de l'indemnisation versée par une GAV se calcule :

  • en fonction d'un pourcentage appliqué sur un plafond de remboursement ;
  • pourcentage correspondant à un niveau d'invalidité, clairement défini dans le contrat.

Dans le cas d'un choc psychologique, une GAV doit comporter des clauses définissant clairement à quel pourcentage d'invalidité correspond un choc post-traumatique.

Vous souhaitez en savoir plus sur les troubles psychologiques ainsi que les aides auxquelles vous pouvez prétendre ?

Ces pros peuvent vous aider